SÉANCE DE CONCILIATION

SÉANCE DE CONCILIATION, L’ARSEL VOLE AU AIDES DES CONSOMMATEURS

L’ARSEL, par le truchement de sa Commission de Conciliation, a effectué une mission à Douala du 28 février au 1er mars 2019, en vue de la tenue d’une séance de conciliation. Ladite séance de conciliation s’est tenue le vendredi 1er mars 2019 dans la salle de réunion de la Délégation Régionale du Littoral du Ministère de l’Eau et de l’Énergie à Douala et a été présidée par M. SAME Lucien Serge, Directeur ades Affaires Juridiques et de la Protection du Consommateur. Il s’est fait assister par MM. OBOUGOU AHANDA Marcel et BIKOKA Jonas respectivement Rapporteur de la séance de conciliation et Chauffeur de l’équipe de mission.

Mmes KOFFI Lilly Dior, Elise OWONO, Jeanne NKOUDOU, Linda NDOGMO et M. Joseph MANGAPTCHI ont représenté la société ENEO Cameroon S.A.

Au terme de ladite séance, quatorze dossiers ont été examinés. Certains ont fait l’objet d’arrangements à l’amiable à la grande satisfaction des plaignants, tandis que d’autres ont été renvoyés à la prochaine séance de conciliation pour des motifs divers.

Il convient de rappeler que grâce à cette séance de conciliation, les abonnés présents ont été sensibilisés quant à la nouvelle application mise à leur disposition par Eneo, à savoir le numéro 667 90 90 90 qui permet à l’abonné de recevoir sa facture du mois en cours ou éventuellement d’accéder à ses factures des 12 derniers mois, juste en envoyant son numéro de contrat Eneo par SMS.

Les clients de la société ENEO Cameroon S.A ont manifesté leur satisfécit quant à la conduite de l’audience par le président de séance. En outre, cette audience a permis à l’équipe de mission de l’ARSEL de faire les constats ci-après :

  • la qualité déplorable de l’accueil dans les agences commerciales d’Eneo ;
  • le non-respect des procédures de constats de fraude par l’opérateur ;
  • le non-respect par ENEO des exigences de l’Art. 13.1 relatif aux preuves en matière de fraude (affaire YOPA) ;
  • l’ignorance du RSDPE par la majorité des abonnés présents ;
  • l’absence de délais pour ce qui est du paiement des avoirs dus par Eneo dans les cas de branchements et d’abonnements non-exécutés dans les délais ;
  • La restriction du pouvoir de décision de la Commission de conciliation qui doit se soumettre à la volonté des parties

Conduire une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *